Divers Construction

Géomètre-topographe : moitié-terrain et moitié-bureau

ECI - le 17/05/2019 11:51:27 - Par
Divers Construction

Lors d’un projet de construction, on a souvent l’occasion de voir à l’œuvre le géomètre-topographe derrière son tachéomètre ou son scanner tridimensionnel avant que les travaux aient débuté. Son rôle est en effet essentiel pour que ces derniers puissent avoir lieu, car le géomètre-topographe calcule et effectue les relevés métriques qui permettront ensuite de dresser cartes et plans détaillés de la zone à aménager, et ainsi poser les bases du projet.

Géomètre-topographe : moitié-terrain et moitié-bureau

En quoi consiste le métier ?

Le géomètre-topographe est la plupart du temps le premier acteur à intervenir sur un chantier puisque son rôle est de dresser cartes et plans détaillés des zones à aménager et du sous-sol à partir des multiples données qu’il recueille sur le terrain et à l’aide d’instruments comme le tachéomètre ou le scanner tridimensionnel.

En plus de délimiter un terrain pour y établir la propriété foncière ainsi que détailler les propriétés du sous-sol, le géomètree-topographe détermine les possibilités de réalisation d’un ouvrage en prenant en compte aussi bien l’aspect juridique que les caractéristiques physiques du terrain comme son altimétrie (altitude, déclivité, etc.), ou encore la présence d’arbres, de mobiliers urbains (poteaux électriques ou télécoms) et ainsi de suite. Le géomètre-topographe participe donc grandement aux projets de construction, qu’il s’agisse aussi bien de routes que de bâtiments, ou encore d’ouvrages de génie civil.

Bien que le géomètre-topographe passe beaucoup de temps sur le terrain et qu’il se déplace très régulièrement, une grande partie de son métier s’effectue en bureau où il réalise le travail de modélisation informatique nécessaire à l’établissement des plans détaillés à toutes les échelles, une tâche aujourd’hui grandement facilitée grâce aux données GPS ainsi qu’à l’imagerie satellite.

Un géomètre-topographe peut occuper aussi bien un poste dans une entreprise de travaux publics que dans un cabinet d’études qui s’occupe de la gestion de copropriétés, de l’aménagement rural, ou de la maitrise d’œuvre et où l’on trouve plusieurs niveaux de qualification en tant que géomètre expert, technicien géomètre, ou opérateur géomètre. Le géomètre peut également travailler pour le secteur public en devenant fonctionnaire et, selon son profil, être technicien du cadastre, ou technicien supérieur spécialisé dans l’aménagement du territoire.

Les compétences et aptitudes d'un géomètre-topographe

Homme ou femme de terrain, mais aussi de bureau, le géomètre-topographe doit faire preuve d'une certaine polyvalence pour concilier les deux.

Amené à se déplacer très régulièrement sur les chantiers de construction et d’aménagement urbain, le géomètre-topographe est ainsi soumis à des conditions similaires à celles que l’on retrouve dans beaucoup de métiers de la construction, à savoir le travail en extérieur impliquant des aléas météorologiques en hiver comme en été, ou encore dans des lieux variés, rural comme urbain, avec parfois des environnements inhabituels, dans les égouts ou en forêt par exemple.

Si le métier demande une bonne résistance physique, le géomètre doit également posséder une bonne vue et le sens du détail pour réaliser ses observations et ne rien manquer des reliefs et autres surfaces qur présente le terrain. Il est également rigoureux et méthodique dans sa démarche, ce qui lui permet d’obtenir des relevés topographiques précis à l’aide de ses instruments et éviter les erreurs de mesure.

Véritable expert et technicien, il maitrise parfaitement l’outil informatique et ses différents logiciels de DAO et CAO (dessin/conception assistée par ordinateur), ainsi que le dessin en trois dimensions afin de réaliser des plans qui représentent de manière réaliste et précise les données qu’il a collectées. Enfin, le géomètre-topographe doit être à l’aise socialement, car il est très souvent amené à travailler avec de nombreux interlocuteurs et acteurs sur un projet de chantier et peut également intervenir tel un médiateur dans certaines situations de désaccord entre propriétaires.

Les formations débouchant sur le métier de géomètre-topographe

Plusieurs formations et diplômes peuvent déboucher sur le métier de géomètre-topographe. Il s’agit d’ailleurs d’un métier où plusieurs échelons d’évolution de carrière sont accessibles avec de l’expérience ou en obtenant les diplômes requis pour devenir ingénieur géomètre ou géomètre expert à son compte.

Tout d’abord en sortant du collège un élève peut entamer un cursus pour devenir géomètre-topographe grâce à deux diplômes :

  • Le Bac Pro TGT (technicien géomètre-topographe) qui se prépare en trois ans.

  • Le BTS Métiers du géomètre-topographe et de la modélisation numérique qui se prépare en deux ans après un Bac S/STI 2D (développement durable), ou un Bac Pro TGT.

Après le BTS, il existe une licence professionnelle « cartographie et systèmes d'information géographique » pour parfaire sa formation et éventuellement rejoindre une école d’ingénieur.

À l’instar d’autres métiers de la construction qui nécessitent un diplôme d’ingénieur, celui de géomètre-expert ou ingénieur-géomètre se prépare dans l’une des trois écoles d’ingénieurs françaises, à savoir : l’ESGT (École supérieure des géomètres et topographes) située au Mans, L’INSA (Institut national des sciences appliquées) à Strasbourg, ainsi que L'ESTP (École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'industrie) de Paris.

Enfin, notons que le titre de géomètre-expert n’est accessible seulement qu'après avoir rejoint en tant que membre l’ordre des géomètres-experts, une organisation située à Lyon et qui regroupe les géomètres titulaires du diplôme de géomètre-expert foncier délivré par le Gouvernement (D.P.L.G.) et exerçant la plupart du temps en tant que professionnel libéral. Pour passer ce dernier diplôme, un diplôme d’ingénieur est préalablement nécessaire, mais les personnes bénéficiant d’une expérience significative dans le secteur, entre 5 et 15 ans d’activité, peuvent prétendre à être candidates sans un tel diplôme. Ce cursus pour devenir géomètre-expert comprend un stage de deux ans dans un cabinet, suivi par une période de trois ans durant laquelle le candidat préparera un mémoire. Le titulaire aura ensuite toutes les cartes en main pour créer son propre cabinet de géomètre-expert.

 

Les dossiers

Commentaires