Divers Construction

BIM : des maquettes numériques au service de la construction

20/11/2018 11:59:59
ECI - Mise à jour : le 20/11/2018 11:59:59 - Par
Divers Construction

La révolution numérique touche aussi le bâtiment et les travaux publics et le BIM en est un des composants essentiels. En réalité, le BIM change même complètement la manière de concevoir un ouvrage ou une infrastructure. En offrant une continuité numérique complète, il répond également aux besoins de la construction pour l’avènement de smart buildings et de smart cities.

BIM : des maquettes numériques au service de la construction

Qu'est-ce que le BIM ?

Le BIM est un acronyme anglais de Building Information Modeling. Il est difficile d’en faire une traduction littérale à cause des nombreux sens de ces trois mots, mais en règle générale on les traduira en français par « Modélisation des Informations du Bâtiment », informations pouvant être remplacées par « données » et bâtiments par « infrastructures ». Le BIM englobe en effet tous les types d’infrastructures et non pas seulement les bâtiments. Il concerne donc aussi bien le secteur du génie civil que des réseaux techniques (télécom, électrique, etc.), ou celui des travaux publics. En outre, il englobe toutes les phases d’un projet et non pas seulement celle de construction.

Le BIM est par conséquent une méthode de travail novatrice. Elle regroupe un ensemble de processus numériques qui permettent d’établir une base de données complète et partagée en reprenant toutes les données issues du projet. Ces données comprennent toutes les caractéristiques techniques et fonctionnelles de l’ouvrage, et ce, tout au long de son cycle de vie, de la conception à la construction, mais aussi durant l’utilisation de l’ouvrage et ensuite de son éventuelle démolition.

Concrètement, le BIM est une plateforme numérique collaborative dont les différents acteurs de l’ouvrage peuvent enrichir le contenu en temps réel, ainsi que consulter toutes informations utiles. À ce titre, le BIM facilite grandement la faisabilité des projets, d’abord en modernisant la collecte de l’ensemble des informations qui y sont relatives dans un fichier numérique, mais aussi en donnant la possibilité d’exploiter toutes les données grâce à des processus technologiques très aboutis. De plus, il permet une interopérabilité qui était jusqu’alors assez difficile à mettre en place puisqu’il assure une continuité numérique quels que soient les logiciels utilisés, notamment grâce au format de fichier IFC qui est d’ailleurs open source et gratuit.

Vous l’aurez compris, le BIM est bien plus qu’une simple maquette puisqu’il peut prendre en compte tous les aspects d’une construction, permettre de lancer des simulations, d’échanger des données, etc. Il s’agit en fait d’une véritable maquette numérique paramétrique 3D qui contient des données intelligentes et structurées. On peut par exemple retrouver dans le BIM : l’empreinte écologique d’un ouvrage ainsi que celles des matériaux utilisés, les propriétés de chaque objet ainsi que leurs relations, des analyses de calcul structurel, ou encore de respect des normes ou de budget.

Quels sont les avantages du BIM dans le secteur TP/BTP ?

Les avantages du BIM sont multiples. Tout d’abord, comme expliqué dans le paragraphe précédent, il facilite grandement l’interopérabilité autour d’un projet, mais ce n’est pas tout. En réalité, le BIM est une vraie révolution aussi bien pour le maître d’ouvrage que pour les équipes de maîtrise d’œuvres, les architectes, bureaux d’études, ainsi que pour les entreprises de travaux publics. Ses principaux avantages sont :

  • L’interopérabilité : le BIM permet la continuité numérique du projet entre chaque intervenant, la collaboration s’en trouve donc renforcée et optimisée.

  • Le gain de coûts et de délais : argument de poids pour toutes entreprises, les virtualisations, planifications et autres simulations permettent de gagner beaucoup de temps et d’être mieux organisé. En outre, les outils de maîtrise de budget permettent de réduire les coûts et d’éviter certains incidents budgétaires comme lorsque des modifications doivent être apportées à l’ouvrage. Par ailleurs, une meilleure organisation tend à optimiser la sécurité sur les chantiers.

  • Une conception de meilleure qualité : il est en effet possible de réaliser les analyses, contrôles et simulations assez tôt durant l’étude de projet. Ainsi, le moindre problème, qu’il soit technique ou autre, peut être décelé avant même que les travaux commencent. Il en résulte une conception de meilleure qualité rendue possible également via une meilleure exploitation des ressources à disposition.

  • L'amélioration de la maintenance des ouvrages : chaque ouvrage construit doit faire l’objet d’une maintenance et de vérifications régulières. Le BIM offre la possibilité de gérer aussi bien la maintenance technique que de faciliter la traçabilité de toutes les opérations qui ont déjà été réalisées sur l’ouvrage. 

Le BIM a encore bien d’autres avantages. Il peut par exemple être un allié de choix pour étudier l’empreinte écologique d’un bâtiment ou d’un ouvrage, pour une construction ou une rénovation, afin d’en améliorer le gain environnemental. En ayant recours à la maquette numérique 3D dès le début du projet, avant même la conception de l’ouvrage, il est possible de déterminer l’efficacité énergétique d’un bâtiment afin de faire en sorte qu’il entre dans le champ des bâtiments durables. En effet, de nombreuses caractéristiques entrent en ligne de compte pour déterminer la consommation d’énergie d’un bâtiment (système d’isolation et de chauffage, emplacement et orientation du bâtiment, etc.) et les outils du BIM permettent de concevoir des bâtiments de moins en moins énergivores.

Enfin, dans un marché du bâtiment et des travaux publics de plus en plus orientés vers des solutions modernes comme la fabrication additive (construction à l’aide d’une imprimante 3D), les smart buildings, ainsi que les smart cities, le BIM semble avoir un avenir prometteur et tout tracé. En effet, la collecte et la numérisation des données constituant le BIM se couple parfaitement au phénomène de Big Data à l’œuvre pour rendre « smarter » (plus intelligents), les bâtiments, réseaux, ainsi que les différentes méthodes de travail.

Bien qu’en France le BIM n’ait pas encore été adopté par tous, il semble que l’avenir devrait lui accorder une place de plus en plus importante dans le secteur du bâtiment et des travaux publics.

 

 

Les dossiers

Commentaires

L'actu en continu

Veuillez patienter...