Divers Construction

Canalisateur : un métier d'utilité publique

04/05/2018 14:15:04
ECI - Mise à jour : le 04/05/2018 14:15:04 - Par
Divers Construction

De nombreux métiers des travaux publics sont d’une importance déterminante dans l’efficacité des services que nous utilisons au quotidien, c’est particulièrement le cas du métier de canalisateur. En effet, le canalisateur a pour tâche de construire et d’entretenir les réseaux de distribution d’eau potable ainsi que les réseaux de collecte des eaux usées et pluviales. Il participe également à la maintenance et à la construction de toutes les infrastructures qui permettent le transport et le stockage de l’eau : châteaux d’eau, aqueducs, réservoirs, etc.).

Canalisateur : un métier d'utilité publique

Sommaire :

En quoi consiste le métier de canalisateur ?

Le canalisateur travaille sur les chantiers de travaux publics et est amené à réaliser de nombreuses opérations dans le but d’installer, de rénover ou d’entretenir les réseaux de distribution d’eau potable et de collecte des eaux usées.

Les principales tâches d’un canalisateur sont de réaliser des travaux de fouilles à l’aide d’engins de chantier (percement de tranchées), d’installer les conduites d’eau et les raccordements au fond de la tranchée, d’installer les équipements nécessaires à la future maintenance du réseau et enfin, de remettre les voiries en état après son intervention (chaussées, trottoirs, caniveaux, etc.).

C’est un métier qui nécessite une grande attention vis-à-vis des risques qui peuvent survenir sur le chantier. En effet, le canalisateur est amené à travailler à proximité de réseaux enterrés tels que ceux de gaz et d’électricité. Il doit donc veiller au respect des consignes de sécurité prévues dans ce cas. Le canalisateur utilise aussi des engins de chantier, notamment ceux de terrassement pour les travaux de fouilles et des engins de levage de charges pour la pose des conduites d’eau. La plupart des canalisateurs sont donc formés à la conduite de ces appareils, généralement grâce aux formations CACES.

Enfin, il ne faut pas oublier que le canalisateur est un opérateur qui a connaissance de multiples techniques de pointe, notamment pour assurer la pose des conduites sur des chantiers contraignants. Il est ainsi amené à poser des conduites à l’aide d’un laser, ou encore à utiliser des outils de forage téléguidés.

Dans certains cas, le canalisateur pourra aussi se voir assigner certaines tâches de pose de raccordement électrique ou de fibre optique. Une ou plusieurs habilitations électriques lui sont alors demandées.

Les compétences nécessaires au métier de canalisateur

Être canalisateur demande certaines compétences spécifiques aux travaux publics, comme une bonne forme physique, mais aussi à ce métier en particulier, comme la rigueur et la précision nécessaires pour éviter toute erreur qui pourrait engendrer un problème sur le réseau d’eau et avoir de graves conséquences au niveau économique.

Le canalisateur doit posséder des connaissances élémentaires en maçonnerie, notamment pour la construction des réservoirs comme les châteaux d’eau et les aqueducs. Dans le cadre de la réfection des voiries suite à la pose des canalisations, il doit aussi connaître les rudiments des différentes opérations de terrassement. Enfin, il doit maitriser les différentes technologies de pointe utilisées pour poser des canalisations dans un environnement contraignant.

Les conditions d'exercice du métier

Le métier de canalisateur est un métier de plein air, exercé en zone rurale comme en zone urbaine. À l’instar de nombreux métiers des travaux publics, celui de canalisateur est soumis aux conditions météorologiques. Il est aussi amené à travailler dans des positions qui ne sont pas toujours confortables et manier des outils difficiles comme la dameuse ou le marteau-piqueur. C’est pour ces différentes raisons qu’il faut garder une bonne forme et une résistance physique solide. Toutefois, lors d’intempéries exceptionnelles comme d’importantes chutes de neige ou de très fortes pluies, le canalisateur pourra être renvoyé à son domicile en attendant le retour à une météo plus clémente.

Ce métier contient aussi des activités qui peuvent présenter certains risques, c’est pourquoi les équipements de protection individuelle sont requis dans toutes les situations (chaussures de sécurité, casques, gants). Comme nous l’avons déjà mentionné, il existe également des risques par rapport à l’utilisation des engins de chantier et les travaux à proximité de réseaux enterrés.

En tant que technicien, le canalisateur peut être appelé à tout moment sur un chantier pour une urgence, y compris le weekend. Il arrive aussi régulièrement qu’il soit amené à travailler loin de son domicile, dans un périmètre national. 

Comment accéder au métier de canalisateur ?

Les formations débouchant sur le métier de canalisateur

Pour devenir ouvrier canalisateur, il est possible de passer en CAP en 2 ans, le CAP constructeur en canalisations des travaux publics. Cette formation est ouverte dans de nombreuses régions, par le biais du lycée professionnel ou d’un apprentissage en CFA.

Après le CAP, il est possible de rejoindre la filière des travaux publics en passant un BAC PRO travaux publics. Ce diplôme apporte de réelles compétences et permet de devenir technicien canalisateur.

Le technicien canalisateur peut se voir attribuer un rôle d’encadrement, mais pour accéder directement à la supervision des chantiers d’installation de canalisations pour l’adduction d’eau, il convient de posséder un BTS travaux publics et bâtiment, ou bien d’un DUT génie civil option travaux publics.

Il est possible de passer tous ces diplômes grâce à un contrat d’alternance, en CFA. Un ouvrier déjà en place dans une entreprise de travaux publics peut également demander à suivre une formation pour évoluer dans cette filière, par le biais du compte CPF ou d’un congé individuel de formation (CIF).

Enfin, il faut souligner que le métier de canalisateur offre aujourd’hui des perspectives intéressantes en termes d’emploi. Les ouvriers canalisateurs et les techniciens sont en effet assez recherchés, d’une part pour leur savoir-faire et d’autre part parce que les besoins de rénovation des réseaux existants et la construction de réseaux neufs ont été conséquents ces dernières années. La modernisation des réseaux publics engage aussi les collectivités et les régions à mettre aux normes leur réseau d’acheminement et de collecte afin d’atteindre de meilleurs résultats dans la gestion des eaux.

 

 

Commentaires

L'actu en continu

Veuillez patienter...