Divers Construction

Nacelle élévatrice : l'engin adaptatif par excellence

16/07/2018 15:20:19
ECI - Mise à jour : le 16/07/2018 15:20:19 - Par
Divers Construction

Ayant réduit considérablement les risques liés au travail en hauteur depuis plusieurs décennies grâce à leur utilisation généralisée, les nacelles élévatrices (souvent désignées par l’acronyme PEMP pour Plateforme Élévatrice Mobile de Personnel), facilitent grandement la tâche aux opérateurs qui réalisent des travaux d’entretien ou de maintenance en hauteur et dans des espaces qui peuvent être réduits. Exclusivement aménagées pour accueillir des ouvriers et leurs outils, il existe cependant une assez grande diversité de PEMP dont les derniers modèles sont de plus en plus sécurisants. Une bonne occasion pour nous de vous présenter cet engin qui répond aux besoins de nombreux métiers.

Nacelle élévatrice : l'engin adaptatif par excellence

Comment est né le concept des PEMP ?

Comme souvent, l’idée vient de l’autre côté de l’Atlantique, plus précisément d’un inventeur et industriel américain ayant déposé plus de 60 brevets d’invention : John Landis Grove. Initialement à la tête d’une entreprise de fabrication d’outils agricoles, John L. Grove a rapidement orienté son affaire vers d’autres horizons grâce à la conception de nacelles élévatrices.

Pour l’époque c’est une petite révolution, car la plupart des travaux en hauteur s’effectuaient à l’aide d’échafaudages ou via des plateformes en bois montées à l’arrière des camions. Ces installations pour le moins précaires rendaient les travaux fastidieux et délicats, et les accidents graves étaient fréquents. C’est ce constat qui mena John L. Grove à fonder la JLG Industries inc., une entreprise qui va créer, dès le début des années 70, la première plateforme de travail aérienne propulsée par un système hydraulique.

Par la suite, l’entreprise a développé une gamme appelée « Workstation in the sky », littéralement « un poste de travail dans le ciel » qui a apporté de nombreuses fonctionnalités supplémentaires venant s’adapter à chaque corps de métier ayant besoin de travailler dans les airs.

À la même époque, d’autres entreprises se sont illustrées dans ce domaine. On peut notamment citer Genie Industries, fondé en 1966 par Bud Bushnell, qui proposait des nacelles élévatrices propulsées par un système pneumatique à air comprimé.

Les différents types de nacelles élévatrices

Depuis leur conception, les plateformes de travail aériennes ont largement évolué. Il est aujourd’hui possible de trouver des nacelles élévatrices répondant à des besoins spécifiques, selon la nature du chantier, son environnement, mais aussi les travaux à réaliser. Leur domaine d’application est donc assez large, nous reviendrons toutefois sur ce point dans le paragraphe suivant. Nous nous concentrerons ici sur les principaux mécanismes de levage qui coexistent sur le marché, à savoir :

Les nacelles à flèche télescopique

Ce sont les nacelles offrant le maximum de portée. Ressemblant de loin à une grue, les nacelles à flèche télescopique sont principalement destinées aux chantiers de construction ou pour la maintenance de grands ouvrages. Elles peuvent atteindre une hauteur de 60 mètres, circuler sur des terrains difficiles, et elles offrent une grande stabilité. Elles sont aussi utiles dans le cas où il faudrait passer par-dessus un obstacle grâce au déport qu’elles autorisent.

Les nacelles à flèche articulée

Elles se distinguent des nacelles à flèche télescopique par leur bras articulé qui permet une élévation multi directionnelle. Elles permettent d’atteindre de grandes hauteurs et offrent une très grande capacité de déport. Elles sont parfaites pour accéder à des zones que la nacelle télescopique ne peut pas atteindre.

Les nacelles à mât vertical

Ces nacelles sont parfaites pour les endroits difficiles d’accès. Généralement compactes, elles permettent notamment de travailler en intérieur et de circuler dans des espaces restreints grâce à leur mât droit qui leur procure un faible rayon de braquage et une grande maniabilité. La plateforme de travail peut être fixe sur les modèles les moins fournis ou mobiles, et se déporter sur 360° pour les modèles les plus évolués. Ces nacelles n’embarquent pas plus de 200 kg de charge.

Les nacelles à ciseaux

Ce système permet seulement de lever la nacelle sur un axe vertical. On les appelle ainsi, car leur mécanisme est constitué d’un support dépliable en forme de X. En général, ce sont des plateformes qui jouissent d’une grande stabilité et qui permettent d’embarquer des charges plus conséquentes. Toutefois, elles montent rarement à plus de 20 mètres de hauteur. Elles sont particulièrement utiles pour les travaux d’électricité ou de charpenterie, car il est possible de lever des matériaux relativement lourds.

Plateforme élévatrice : pour quelles applications ?

Les PEMP peuvent être montées sur véhicule (sur porteur), un camion par exemple, ou être placées sur des stabilisateurs (on parlera alors de nacelles araignées), toutefois la majeure partie des modèles sont sur roues ou sur chenilles, directement dirigeables depuis la plateforme de travail. Suivant les usages pour lesquels on les destine, elles peuvent être à moteur diesel, essence ou électrique. Celles montées sur véhicules se classent parmi les plus hautes du monde, on peut notamment penser aux nacelles télescopiques montées sur certains camions de pompiers.

Toutes ces caractéristiques confèrent aux plateformes élévatrices une extrême polyvalence, mise à profit dans une multitude de secteurs. Bâtiment et travaux publics, génie civil, agroalimentaire, travaux forestiers, interventions de maintenance industrielle, réparations diverses et variées, nettoyage de façade d’immeuble, évènementiel, etc., la liste est longue.

Les critères pour le choix d’une nacelle sont multiples : mobilité, capacité de charge, hauteur de levage, possibilité de déport, franchissement d’obstacle, environnement du chantier, nature des travaux, etc.

De plus, il existe d’autres types de nacelles que nous n’avons pas citées dans le paragraphe précédent. Elles sont conçues pour des tâches spécifiques et sont, par conséquent, un peu moins répandues. Par exemple : les nacelles négatives qui permettent de travailler sous le niveau du sol et sont donc généralement utiles pour la maintenance des ponts.

Nacelle et CACES : on fait le point

La manipulation des nacelles fait l’objet d’une attention particulière due aux risques de chutes et d’objets. Elle est soumise à la délivrance d’une autorisation de conduite par l’employeur. Cependant, l’employeur ne peut délivrer cette autorisation sans que l’opérateur ait au préalable suivi une formation à la conduite en sécurité. À l’heure actuelle, c’est le CACES R 386 qui fait office de référence dans le domaine. Il se décompose en 4 parties qui correspondent chacune à un type précis de nacelles. L’opérateur peut très bien en passer plusieurs si cela s’avère nécessaire. Les quatre permis nacelle sont les suivants :

  • Le Caces 1A :

    il concerne uniquement les nacelles à élévation verticale et à poste de travail fixe. Concrètement, l’opérateur ne peut déplacer la nacelle que lorsqu’elle n’est pas en production.
  • Le permis 1B :

    il s’adresse aux personnes manipulant des nacelles articulées, qu’elles soient de type araignée, sur porteur, sur roues ou sur chenilles. L’engin est fixe lors des interventions de production.
  • Le permis 3A :

    il s’agit des nacelles à élévation verticale qui peuvent circuler tout en étant en position de travail, on les appelle plus communément les nacelles mobiles.
  • Le permis 3B :

    il concerne cette fois-ci les machines à élévation multidirectionnelle (articulée) qui peuvent circuler tout en étant en position de travail. Ce sont peut-être les nacelles qui demandent le plus d’attention à leur pilote, ce sont aussi celles avec lesquelles il est possible de réaliser la plus grande diversité de tâches.

L’actualité des constructeurs de nacelles élévatrices

JLG et Genie, les deux fabricants historiques de nacelles élévatrices, proposent une large gamme de modèles répondant à de multiples besoins. Toutefois, ils ne sont pas les seuls, on peut également citer le fabricant français Haulotte qui présentera sa nouvelle gamme de produits au salon Intermat du 23 au 28 mars, mais aussi Iteco et Manitou, ou encore les nacelles sur porteur Renault, emblématiques des camions de pompiers tricolores.

Les PEMP bénéficient aujourd’hui des dernières avancées technologiques, économes en énergie, puissantes et gagnant toujours plus en stabilité. Elles offrent une réelle sécurité et un confort de travail non négligeable à leurs utilisateurs. Grâce à la grande diversité de gammes, elles possèdent un caractère indéniablement adaptatif et permettent de travailler dans des environnements aussi nombreux que variés.

 

Photo credit: johngarghan on VisualHunt.com / CC BY-NC-ND

 

 

Annonces correspondantes

Les dossiers

Commentaires

L'actu en continu

Veuillez patienter...