Divers Construction

Pelleteuse : un engin qui a modelé l’histoire

10/09/2018 11:20:48
ECI - Mise à jour : le 10/09/2018 11:20:48 - Par
Divers Construction

Aussi connue sous le nom de pelle mécanique hydraulique ou excavatrice, la pelleteuse est un engin utilisé sur la plupart des chantiers et pour des usages multiples. Lourde et puissante dans son usage pour les TP, elle n’en est pas moins polyvalente puisqu’elle dispose d’une cabine pouvant exercer des rotations jusqu’à 360° et qu’elle peut embarquer beaucoup d’équipements complémentaires (d’où son surnom de « porte-outils »). Une fonction importante qui lui confère bien des avantages et surtout une grande maniabilité. C’est d’ailleurs ce point qui la distingue de la tractopelle puisque cet engin offre largement moins d’axes de mobilité.

Pelleteuse : un engin qui a modelé l’histoire

Historique

L’histoire de la pelleteuse n’est pas récente puisqu’elle débute en 1796 avec l’invention de la pelle à vapeur. Il faudra toutefois attendre quelques décennies de plus, en 1839 pour être exact, pour voir apparaitre la première pelle brevetée munie d’une flèche mécanisée : la pelle à vapeur Otis. Cette excavatrice a largement contribué au développement de l’industrie minière et de celle de la construction à cette époque. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les pelles sont toutes commandées à partir de chaînes ou de câbles. C’est en 1897 que la société Kilgore Machine Co., basée à Minneapolis, dépose le brevet d’une pelle, toujours à vapeur, mais cette fois-ci entièrement commandée par un système hydraulique. À l’instar de la centaine de pelles qui ont creusé le canal de Panama au début du XXe siècle, les pelles de cette époque étaient pratiquement toutes montées sur des rails et étaient, par conséquent, très peu mobiles.

C’est dans les années 20 que les constructeurs vont commencer à produire des machines modernes et beaucoup plus ressemblantes à celles que l’on connaît aujourd’hui. Les pelles seront désormais montées sur chenilles ou sur roues et seront alimentées au gaz. La mobilité s’en trouve décuplée. La première pelle pouvant effectuer des rotations des 360° est la Bucyrus 120-B. Elle a été commercialisée à partir de 1925. Par la suite, comme nous le savons, la Seconde Guerre mondiale va amplifier la demande d’engins de chantier. Les pelleteuses ont été utilisées pour creuser les tranchées, mais, aussi et surtout, pour reconstruire pendant l’après-guerre.

Domaines d’application de la pelleteuse

Les domaines d’application de la pelleteuse sont nombreux. Elle est largement répandue dans le secteur du bâtiment et des travaux publics et est présente sur la plupart des chantiers qui nécessitent l’emploi d’engins puissants. Cependant, il existe toute une gamme de pelles aux capacités, tailles et usages différents. De plus, grâce aux outils complémentaires qui peuvent l’équiper, elle gagne en polyvalence. Voici une petite liste, non exhaustive, des principaux usages pour une excavatrice. On l’emploie notamment pour :

  • Les travaux de terrassement et d’assainissement
  • Des chantiers de démolition
  • L’extraction de matériaux en carrière
  • Divers travaux de manutention (ex. : triage, manutentions de matériaux en vrac, etc.)
  • Les travaux agricoles, forestiers et d’aménagements paysagers (ex. : essouchage)
  • Creuser des puits, des fossés
  • Le levage de charges
  • Des travaux souterrains

Caractéristiques techniques

Il existe différents types de pelles pour différents usages. On les distingue d’abord en trois catégories :

  • Les pelles sur pneus : elles sont généralement utilisées en milieu urbain, car elles peuvent se déplacer sur les voies publiques. Pour pallier leur manque de stabilité, elles sont équipées de stabilisateurs et d’une lame qui augmente la pesanteur vers le sol.
  • Les pelles sur chenilles : plus stables et souvent plus puissantes, elles sont utilisées sur des terrains difficiles. Certaines pelles sur chenilles peuvent même être équipées de système de flottaison pour des travaux maritimes (ports, marais, étangs, etc.)
  • Les pelles « araignées » : on les appelle aussi les pelles à avancement au pas. Elles possèdent trois jambes et parfois plus et peuvent également être équipées de roues. Elles sont utilisées dans des zones sensibles et difficiles d’accès comme dans les environnements aquatiques ou montagnards, ou pour certains travaux forestiers. Elles sont aussi employées en terrassement et VRD pour réaliser diverses opérations délicates.

Ensuite, on les distingue par leur bras et leur godet. La pelle « rétro » est la plus répandue dans les travaux publics. Le bras ramène le godet vers l’engin afin de le remplir et d’excaver rapidement tous types de matériaux. La pelle en « butte » est quant à elle plus spécialisée pour les gros travaux comme ceux réalisés dans les carrières. Son godet se charge vers l’avant. Des pelles à câbles sont encore parfois utilisées dans les carrières. On peut noter aussi que ces dernières décennies les mini-pelles se sont largement introduites sur le marché offrant aux particuliers et aux petites entreprises une alternative peu onéreuse pour effectuer de nombreux travaux.

Les pelleteuses bénéficient d’une grande polyvalence grâce aux divers équipements qui peuvent lui être ajoutés. On peut notamment citer :

  • La masse de démolition
  • La benne preneuse ou à pinces
  • Différents genres de godets rétro
  • Le brise-roche hydraulique
  • Les accessoires de manutention comme le crochet, la multigriffe, la pince ou l’électroaimant
  • La lame de remblayage

Principaux constructeurs

La pelleteuse est l’un des engins les plus employés dans le monde et le développement des pelles compactes ou mini-pelles entraîne une grande concurrence dans ce domaine. Les constructeurs sont donc nombreux à proposer différents types de pelles avec des atouts tels que l’économie d’énergie, la sécurité, les performances, ou encore le coût d’entretien. Kubota est un des leaders mondiaux en ce qui concerne les mini-pelles. Pour les autres types de pelleteuses, on retrouve sans surprise Caterpillar, avec ses modèles dernier cri Cat 320 et 323, et Komatsu avec notamment sa midi-pelle PW118MR-11 (pelle compacte de taille moyenne). Ces deux constructeurs sont suivis de près par Volvo, Hitachi et Liebherr.

Un mot sur la conduite en sécurité

Conduire une pelle hydraulique demande une certaine expérience, mais surtout beaucoup de savoir-faire. Il existe de nombreux risques à prendre en compte et à connaître sur le bout des doigts. Les risques d’éboulements, les risques liés aux lignes électriques enterrées et aériennes, les risques mécaniques, etc. Pour assurer un environnement sécuritaire au sein du chantier et répondre aux obligations légales de l’employeur, les conducteurs de pelles peuvent passer le Caces R372 m de catégorie 2. S’il s’agit uniquement de la conduite d’une mini-pelle (jusqu’à 6 tonnes) alors c’est le Caces de catégorie 1 qu’il convient d’obtenir.

 

 

 

Annonces correspondantes

Les dossiers

Commentaires

L'actu en continu

Veuillez patienter...