Divers Construction

La niveleuse : tout savoir sur cette machinerie lourde

20/02/2018 16:37:07
ECI - Mise à jour : le 20/02/2018 16:37:07 - Par
Divers Construction

Amplement utilisée dans les travaux publics pour la construction de routes et de voiries, la niveleuse est un engin puissant au physique imposant (jusqu’à 12m de long). Elle permet d’égaliser d’importantes surfaces de sol et d’effectuer un régalage précis en respectant les inclinaisons du terrain grâce à son articulation et à son bouclier. Zoom sur une machinerie lourde que de nombreuses entreprises de TP possèdent dans leur parc de matériels.

La niveleuse : tout savoir sur cette machinerie lourde

L’histoire de la niveleuse à travers le XXe siècle

En réalité, l’histoire de la niveleuse commence légèrement avant le début du XXe siècle avec le développement de la construction routière. Dès 1885, un prototype de niveleuse à deux roues et tirée par des chevaux est inventé. Le système de roue inclinée est la grande particularité de cette invention et a ouvert la voie à la fabrication de modèles plus modernes.

À l’instar du bulldozer ou de la chargeuse, les premiers modèles motorisés apparaissent aux États-Unis à partir de 1920. Ces niveleuses modernes et puissantes sont une véritable révolution pour l’époque et il ne faudra pas attendre longtemps pour voir évoluer les équipements du grader (terme anglais souvent usité pour désigner la niveleuse). À l’origine actionnées par des commandes manuelles, les lames de grader ont par la suite été améliorées par des dispositifs mécaniques ou hydrauliques. Toutefois, ce n’est qu’à partir des années 50 que se démocratisent réellement les équipements hydrauliques ainsi que les doubles articulations.

Après quelques décennies et jusqu’à aujourd’hui, les niveleuses ne cesseront de gagner en puissance et en maniabilité, notamment pour leur usage dans les carrières à ciel ouvert. C’est ainsi qu’on a pu voir apparaître sur le marché des modèles particulièrement massifs comme le GD825A-2 de Komatsu ou l’énorme 24H de Caterpillar qui pèse plus de 62 tonnes et avec une lame de 7,3 mètres.

La niveleuse : ses différents domaines d’application

Il existe plusieurs types de niveleuses de tailles et de puissances différentes et choisies en fonction des surfaces et des matériaux à régulariser. Il peut donc être judicieux de sélectionner le grader pour une grande variété de travaux, notamment dans le secteur de l’exploitation minière, de l’aménagement paysager et de l’agriculture, du terrassement et de la construction de routes. Il permet entre autres de :

  • Régler les différentes couches d’une chaussée
  • Créer et entretenir des fossés et des pistes
  • Réaliser un talutage lors d’ouverture de fouilles ou de chaussée
  • Déneiger les voiries

Les équipements complémentaires dont peut se doter la niveleuse lui confèrent une meilleure polyvalence. Il est possible de la munir :

  • D’une lame bull frontale (en référence au bulldozer)
  • De rallonges de lame
  • De lames latérales (slope-board)
  • D’un système d’épandage
  • D’un ripper (défonceuse) ou d’un scarificateur
  • D’une lame de remblayage
  • De tampons de poussée
  • D’une caméra de recul

Les caractéristiques techniques de la niveleuse

Les niveleuses actuelles sont montées sur six roues et les modèles les plus répandus sont principalement des niveleuses articulées. Elles ont pris le dessus dans le secteur de la construction de routes au détriment des niveleuses rigides, qui ne sont plus courantes depuis les années 90.

Les niveleuses dont le joint d’articulation se trouve à l’avant offrent une bonne visibilité à l’opérateur sur le cercle porte-lame (la pièce qui permet de faire pivoter la lame), la lame elle-même, les roues avant ainsi que le vérin de levage de la lame.

Sa large lame, qui est aussi nommée bouclier, est son atout majeur. Elle peut s’orienter verticalement ou horizontalement, et ce jusqu’à 90 °. Avec ses roues orientables et son bras articulé, elle offre la possibilité de réaliser un nivellement précis et efficace. Par ailleurs, il n’est pas rare de voir aujourd’hui l’installation de systèmes de contrôle du nivellement par guidage laser ou GPS, facilitant le travail de l’opérateur tout en augmentant son efficience.

L’engin est également équipé d’un contrepoids qui lui permet de garder une certaine stabilité lorsqu’il rencontre une résistance ou qu’il suit des dévers. Les niveleuses sont alimentées par des moteurs puissants, à entrainement direct ou à convertisseur de couple.

Conduire une niveleuse

Dotée de six roues, la niveleuse n’est pas ce que l’on peut appeler un engin à la conduite facile. La qualité du travail est largement conditionnée par le savoir-faire de l’opérateur. Les formations à la conduite en sécurité sont un bon moyen d’apprendre à travailler sur un engin et d’en connaître les règles de sécurité spécifiques. En ce qui concerne la niveleuse, c’est le CACES R 372m de catégorie 6 qui donne les bases afin de maitriser les différentes méthodes de travail et d’assimiler les règles de sécurité.

Les principaux constructeurs de niveleuses

Le fabricant historique de niveleuses est, sans conteste, Caterpillar, bien que d’autres constructeurs, comme Komatsu, aient été présents sur le marché au cours du XXe siècle. Caterpillar a été un pionnier pour améliorer et perfectionner l’engin, sortant la première vraie niveleuse de l’industrie (l’Auto Patrol) et allant même jusqu’à produire la plus grande à ce jour, la H24.

À l’heure actuelle, plusieurs constructeurs produisent des niveleuses de très bonne facture, c’est notamment le cas de Volvo et sa série G munie d’une boîte de vitesse à 11 rapports, de Champion qui est un des spécialistes en la matière, mais aussi de Case et de John Deere.

Évolution et innovations techniques de la niveleuse

Les récents modèles de niveleuses bénéficient des dernières évolutions et innovations technologiques. Rendement augmenté, économie d’énergie, sécurité et confort du poste de travail, chaque sortie d’une nouvelle série apporte son lot d’avantages. De nombreux modèles embarquent des systèmes de commandes électroniques comme l’AccuGrade de Caterpillar qui contrôle automatiquement la position de la lame. On peut également citer la présence de caméras pour améliorer la visibilité et l’efficacité de l’opérateur, de silentblocs au niveau de la cabine, du moteur et de la transmission pour réduire vibrations et bruits, ou de logiciels intégrés permettant de transmettre des informations (géolocalisation, état de l’engin, nombre d’heures de service, etc.) jusqu’à un ordinateur de bureau.

 

 

 

Annonces correspondantes

Commentaires

L'actu en continu

Veuillez patienter...