Divers Construction

Tractopelle, un engin de chantier apprécié pour sa polyvalence

27/06/2018 12:56:57
ECI - Mise à jour : le 27/06/2018 12:56:57 - Par
Divers Construction

Egalement appelée Chargeuse Pelleteuse, et alliant les caractéristiques d’un chargeur sur pneus et d’une pelleteuse, la tractopelle réunit toutes les qualités d’un engin de chantier polyvalent. Ceux qui évoluent dans le monde du BTP voient cet engin à l’ouvrage presque chaque jour. La tractopelle est largement répandue dans le monde du BTP et pour cause, sa double fonction ainsi que ses équipements optionnels la rendent efficace pour de nombreux types de travaux comme sur les chantiers de voiries, de terrassement, de démolition ou encore de construction.

Tractopelle, un engin de chantier apprécié pour sa polyvalence

Quelle est son origine ?

Un petit aparté pour commencer, car cela ne vous aura surement pas échappé : le mot tractopelle appartient officiellement au genre féminin, bien qu’on entende régulièrement “le tractopelle” au lieu de “la tractopelle”. Mais passons aux choses sérieuses : quand et comment fut inventé cet engin ?

À l’instar d’autres engins tels que le bulldozer, l’idée de laquelle est née la tractopelle démarre aux États-Unis avec la transformation et la modernisation de tracteurs agricole. Au retour de la Seconde Guerre mondiale, les besoins du pays sont importants : développement industriel, explosion démographique, les constructeurs d’engins doivent trouver des solutions pour répondre à la demande. C’est ainsi que l’entreprise Case corporation, à l’image des rétrocaveuses munies de vérins hydrauliques et adaptées sur des modèles de tracteurs agricoles par la Wain-Roy Corporation, assemblera dès 1957 les premières véritables tractopelles intégrées et garanties par le même fabricant. Parallèlement, le constructeur Britannique JCB a aussi joué un grand rôle dans l’histoire de la tractopelle. Il inventera la première rétrocaveuse en 1953, qui sera ensuite améliorée par les fabricants que nous venons de citer. La suite de l’histoire est similaire à celle des autres engins de chantier : au fil des années le progrès technologique a permis de construire des engins de plus en plus optimisés et performants jusqu’à arriver aux modèles actuels qui, eux aussi, sont encore soumis à l’innovation.

Les caractéristiques techniques de la tractopelle

La tractopelle, anciennement appelée chargeuse-pelleteuse, présente l’avantage d’être un engin sur pneus. Elle peut donc être conduite sur les voies publiques et ne nécessite pas obligatoirement d’être transportée sur un porte-char ou une remorque. Sa vitesse maximale, entre 40 et 45 km/h, lui permet de se déplacer sur les chantiers à partir du moment où ceux-ci ne sont pas trop éloignés de l’entrepôt.

On distingue trois parties sur une tractopelle, la partie avant (chargeuse), la cabine et la partie arrière (pelleteuse). Le godet de la chargeuse peut être levé et baissé grâce à un bras de levage, l’articulation de la pelleteuse, elle, entraîne un bras télescopique qui permet au godet rétro une rotation de 90°(jusqu'à 360° notamment sur certains modèles de Mecalac : les godets rétro disposent d'un angle de rotation limité qu'il est possible d'améliorer grâce à des systèmes comme le tiltrotateur). Le tout est actionné par des vérins hydrauliques. Un moteur diesel apporte toute la puissance nécessaire à ce dispositif. Il existe des tractopelles de différentes puissances, plus la puissance sera grande et plus les obstacles seront faciles à franchir. Idem pour les roues motrices : un engin à 4 roues motrices circulera plus facilement sur des terrains accidentés. Mis à part ces caractéristiques, les tractopelles se déclinent en plusieurs types :

  • La tractopelle rigide dispose d’un châssis rigide, adaptée aux gros chantiers pour sa bonne stabilité.
  • La tractopelle articulée est généralement moins puissante et un peu moins stable que la tractopelle rigide. Toutefois, elle est plus facilement manœuvrable ce qui présente un avantage dans les espaces restreints
  • La mini-tractopelle est spécialement indiquée pour les petits travaux et les espaces restreints où les tractopelles traditionnelles ne peuvent pas accéder

La tractopelle : ses différents domaines d’application

Du fait de sa grande polyvalence, il est difficile de lister ici avec précision tous les domaines d’application de la tractopelle. Grâce à sa lame de chargeuse à l’avant et à sa pelleteuse à l’arrière, elle peut effectuer diverses opérations et est donc indispensable sur les chantiers aux tâches multiples. Avec sa chargeuse frontale elle peut déplacer et charger toutes sortes de matériaux, tandis qu’avec sa pelleteuse arrière et son bras articulé, elle peut percer le sol, creuser et dégager les déblais. La tractopelle est présente sur tous les chantiers de terrassement et de construction mais elle est aussi très utilisée dans le monde agricole.

De nombreux équipements et accessoires sont aussi compatibles avec la tractopelle et lui confèrent encore plus de qualité et de polyvalence. À l’arrière, on peut lui poser un brise-roche hydraulique qui permet de percer des obstacles ou des terrains comme un marteau-piqueur, une tarière pour le forage, un ripper ou encore des grappins. À l’avant, il est possible de placer des fourches à palettes, une lame de déneigement ou bien différents types de balayeuses pour ramasser les déchets.

À la vue de sa capacité à remplir de nombreuses tâches, on comprend mieux pourquoi la tractopelle est un engin phare du secteur du BTP. Efficace, performant, multi-tâche, puissant, cet engin est un véritable réservoir de productivité, un tout-en-un indispensable.

La conduite en sécurité

Du fait de ses nombreux usages et de ses outillages avant et arrière, il n’est pas forcément aisé de manipuler une tractopelle. Seule une formation adéquate à la conduite en sécurité assure aux conducteurs comme aux chefs d’entreprises de conserver un niveau de sécurité le plus élevé possible au sein des chantiers. En ce qui concerne la tractopelle, c’est le caces R 372m de catégorie 4 qui est indiqué. De plus, il ne faut pas oublier qu’en cas de conduite sur la voie publique, le conducteur doit respecter les règles de la sécurité routière et connaître la signification des panneaux de signalisation. La tractopelle doit également être équipée d’un gyrophare, ce sont les mêmes dispositions qu’avec un tracteur agricole.

Les principaux constructeurs de tractopelles

Nous avons vu avec l’histoire de la tractopelle que ce sont les constructeurs JCB et Case qui sont à l’origine de cette invention et qui ont, au fil des années, apporté beaucoup d’améliorations à cet engin. Toutefois, d’autres constructeurs se sont emparés de la tractopelle et ont participé à répandre son usage et à lui faire accéder à sa grande notoriété actuelle. C’est le cas de Caterpillar, Komatsu, New Holland, Volvo ou encore du constructeur français Mecalac.

Chez les deux constructeurs emblématiques de l’engin on peut notamment citer le modèle JCB 4CX toujours plus performants mais avec une consommation d’énergie limitée ou, du côté de Case la gamme “King” qui propose des tractopelles robustes et puissantes.

Évolution et innovation technique de la tractopelle

Les innovations sont monnaie courante dans le secteur de la construction d’engins de chantier. Gain en performance, en confort et en sécurité, économie d’énergie, entretien et maintenance facilités, réduction des nuisances sonores, tous les arguments sont bons pour améliorer toujours plus la tractopelle.

Au niveau de la sécurité, les applications sont nombreuses avec la présence d’électronique. Le constructeur Case, par exemple, a mis en place un système qui désactive automatiquement les commandes de pilotage lorsqu’elles ne sont pas utilisées. Chez Mecalac on joue sur la modularité avec l’innovation “Connect”, un système d’attache rapide unique et totalement sécurisé qui permet d’approcher une productivité optimale. Les systèmes de gestion de l’hydraulique évoluent eux aussi, comme c’est le cas chez JCB qui a réussi à diviser par deux la consommation de carburant de sa tractopelle en repensant son système hydraulique. Résultat : moins de bruit, réduction des émissions de gaz à effet de serre et même un meilleur rendement global.

Nul doute que nous verrons encore beaucoup d’innovations apparaître dans les années qui viennent pour le plus grand plaisir des conducteurs d’engins, des chefs de chantiers et des entrepreneurs.

 

 

Crédit photo : JPC24M on VisualHunt  CC BY-SA

 

 

Annonces correspondantes

Commentaires

L'actu en continu

Veuillez patienter...