Économie & Réglementation

CACES – Permis Caces R 372m : Tout savoir sur le permis pour la conduite des engins de chantier

01/08/2018 10:17:12
ECI - Mise à jour : le 01/08/2018 10:17:12 - Par
Économie & Réglementation

Qu’est-ce qu’un CACES R372 ? Est-il obligatoire pour la conduite d’engins de chantier ? Quelles sont les différentes catégories d’engins concernés (caces 1, caces 2, caces 3, caces 4, caces 5, 6, 7, 8, 9, 10) ? Comment trouver un organisme de formation CACES certifié et financer son CACES ? Ce dossier répond à toutes vos questions sur le CACES.

CACES – Permis Caces R 372m : Tout savoir sur le permis pour la conduite des engins de chantier

 

Le résumé en images

 

Sommaire :

Le CACES (certificat d’aptitude à la conduite en sécurité) est un examen qui permet de démontrer les compétences d’un salarié à exercer en toute sécurité la conduite des engins de chantier, comme de ceux de manutention. En effet, la conduite d’engins peut engendrer des risques pour les travailleurs si ceux-ci ne sont pas correctement maniés, les conducteurs sont donc amenés à passer plusieurs tests, théoriques et pratiques, afin de valider leur capacité à travailler en sécurité dans un environnement à risque, avec des équipements spécifiques. Il existe donc une grande variété de CACES, notamment, pour la conduite de nacelles, de grues, d’engins de chantier et de chariots de manutention. Ce certificat d’aptitude vise à renforcer les mesures de protection des travailleurs, qui sont encadrées par les textes du code du travail et que l’employeur à l’obligation de respecter.

Il est à noter que même les travailleurs ayant obtenu le permis CACES, doivent néanmoins avoir une autorisation de conduite délivrée par l'employeur.

Un certain nombre d’organismes, privés et publics, sont habilités à former les candidats au CACES, ils doivent, pour cela, recevoir l’aval d’un des organismes certificateurs que la CNAMTS a conventionné.

Le CACES étant un examen complet et polyvalent, concernant une large gamme d'engins et touchant un grand nombre de secteurs d’activité, il est tout naturel que de nombreuses questions viennent à l’esprit des chefs d’entreprise, comme des salariés ou des demandeurs d'emplois. Ainsi, ce dossier a pour but de répondre aux questions de manière générale, ainsi que de présenter les différentes facettes et les caractéristiques du CACES R 372m, qui concerne les engins de chantier.

Qu’est-ce qu’un CACES engins de chantier ?

Le CACES R 372m est un certificat d’aptitude qui a pour but de valider les compétences nécessaires à la conduite des engins de chantier (liste détaillée disponible dans la suite du dossier). Le CACES ne doit donc pas être confondu avec un permis de conduire un engin de TP, ni à une formation diplômante, telle que les CAP et BP conducteur d’engins de travaux publics qui, eux, assurent la formation de professionnels étant capables de conduire de nombreux engins et également d’en assurer la maintenance complète.

Le CACES s’adresse à des personnes (débutantes ou confirmées) amenées à conduire des engins, dans le respect de la législation en vigueur et a pour fonction de valider des compétences déjà acquises par le biais d’une expérience professionnelle. Ainsi, il assure un contrôle des connaissances du candidat et de ses capacités à évoluer, de façon sécurisée et autonome, dans un environnement de travail. Il ne peut être délivré que par un organisme accrédité par le Comité français d'accréditation (COFRAC) et conventionné par la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS).

CACES : quel est le cadre réglementaire et les obligations légales ?

L’article R. 4323-55 du Code du travail stipule que la conduite des équipements de travail mobiles automoteurs et des équipements de travail servant au levage, est réservée aux travailleurs qui ont reçu une formation adéquate et qu’elle doit être complétée et réactualisée chaque fois que cela est nécessaire. Cet article prévoit donc une obligation de formation pour les conducteurs d’engins de toutes catégories.

L’arrêté du 2 décembre 1998, impose aux employeurs de délivrer une autorisation de conduite, il vient également définir les modalités et les objectifs de la formation à la conduite. Il y est précisé que la durée et le contenu de la formation doivent être adaptés à la catégorie de l’équipement de travail concerné et dépendent donc de sa complexité et de l’expérience pratique du salarié.

La circulaire du 15 juin 1999 prévoit une nouvelle réglementation en termes de sécurité, il y est cité que « la mise en œuvre de la nouvelle réglementation doit conduire les entreprises à mener une réflexion globale, intégrant la problématique d’évaluation du risque, en matière d’organisation du travail ». C’est donc sous l’impulsion des recommandations de la CNAMTS, qui prévoit la délivrance d’un certificat prouvant l’aptitude du personnel à conduire en sécurité un certain nombre d’engins, que le CACES est né. C’est cet organisme qui élabore les recommandations qui définissent les conditions de passage et d’octroi de l’examen mais aussi le référentiel de connaissances nécessaires à la mise en pratique des tests.

Le CACES a été créé en vue de prévenir les accidents et les risques liés à l’utilisation d’engins mobiles automoteurs et d’engins de levage. Par le passé, un grand nombre d’accidents, souvent graves, se sont produits. Ils ont souvent été dus à un manque de formation du conducteur, le permis CACES vient donc apporter une base de connaissances incluant les règles élémentaires de sécurité, de manière à pallier le manque de savoir-faire et à s’assurer des bonnes capacités et compétences des utilisateurs d’engins.

Les organismes jouant un rôle dans la gestion du CACES

Des organismes privés et publics ont mis en place des formations dans le but de délivrer des certificats d'aptitudes et ainsi, répondre à l'obligation des employeurs de s'assurer de la formation adéquate de leurs salariés. Les organismes testeurs doivent remplir certaines conditions pour avoir ce rôle, ils doivent obtenir une certification auprès d'un des cinq organismes certificateurs. Le certificateur s'assure, entre autres : du respect du référentiel, des compétences du formateur ou encore des conditions d'évaluation lors de l'examen). Un audit est d'abord effectué au siège de l'organisme testeur, puis un autre audit est réalisé à l'occasion d'une séance d'évaluation. Les organismes formateurs ne répondant pas aux critères de l'audit, ne se voient pas attribuer de certification, mais le certificateur les conseille et oriente dans les opérations à réaliser en vue d'obtenir, prochainement, sa certification. Cette certification se renouvelle tous les 5 ans et des audits de suivi sont réalisés tous les ans par les organismes accrédités par la COFRAC.

L'Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS), quant à lui, est une association de loi 1901, à but non lucratif, qui intervient dans le domaine de la prévention des risques professionnels. L'INRS fait profiter les services de prévention liés aux entreprises, de son savoir-faire et de ses connaissances techniques et scientifiques. Dans le cadre de la formation CACES, l'INRS a mis au point un ensemble de brochures concernant chaque catégorie d'engins.

Le CACES est-il obligatoire ? Quelles sont les obligations du chef d’entreprise ?

Aucun texte officiel ne mentionne le CACES en tant que formation obligatoire. Cependant, l’autorisation de conduite l’est. Le chef d’entreprise est tenu de respecter les diverses réglementations en matière de sécurité, notamment, vis-à-vis des outils de travail. La conduite en sécurité des engins de chantier s’inscrit dans cette optique. L’employeur a la responsabilité de fournir les moyens nécessaires qui permettront à l’utilisateur d’engins, d’acquérir ou de renouveler, les connaissances et le savoir-faire indispensables à la maîtrise des matériels visés.

L’employeur a donc la responsabilité de fournir une formation adéquate aux salariés, par conséquent, il est tenu de choisir les modalités de la formation, du choix de l’organisme formateur jusqu'aux contenus adaptés et aux différentes catégories d’engins que le salarié est susceptible de conduire. Il a la possibilité de le mettre en place dans ses propres locaux et avec ses propres moyens, il est cependant plus simple de passer par un organisme qui a reçu une certification et qui s’assure des moyens mis en œuvre tels que : les qualifications des testeurs, le contenu de la formation, les modalités de l’examen, etc.

Le chef d’entreprise est donc dans l’obligation de choisir une formation adéquate pour ses salariés, de manière à pouvoir leur remettre des autorisations de conduite.

Le CACES est donc un bon moyen, si ce n’est le meilleur, pour satisfaire le besoin du chef d’entreprise en matière de respect des obligations légales.

Quelle est la durée de validité du CACES R372m ?

Le CACES R 372m est valable pendant 10 ans dans toutes les entreprises, c’est à dire que si l’utilisateur d’engins vient à changer d’entreprise pendant ce laps de temps, il pourra continuer à utiliser son certificat d’aptitude. En ce sens, le permis CACES est rattaché et appartient à son titulaire, ce qui n’est pas le cas de l’autorisation de conduite qui, elle, est délivrée par le chef d’entreprise et est valable uniquement dans son établissement. Bien que le CACES ne soit pas une formation diplômante, il représente tout de même une plus-value non négligeable sur le curriculum vitae d’un ouvrier ou d’un demandeur d’emploi, que les employeurs savent apprécier.

À la question de savoir si le Caces est valable en Europe, Il est à noter que le CACES n'est valable qu'en France, mais que beaucoup des pays européens l'acceptent.

A qui s’adresse le CACES engins de chantier ?

Conditions d’âge et d’aptitude physique requises

Le secteur d’activité des travaux publics est un secteur soumis à une réglementation particulière et la conduite d’engins de chantier est encadrée par le code du Travail, qui stipule, à l’article D.4153-36, que sur les chantiers de travaux publics, il est interdit d’employer des jeunes travailleurs âgés de moins de 18 ans pour la conduite des différents engins. Exception faite par dérogation, prévu à l'article D. 4153-48, pensée notamment pour les jeunes apprentis. Aucune limite d’âge maximale pour l’obtention du certificat d’aptitude n’est prévue dans les articles du code du travail.

Le décret de 1998 stipule, quant à lui, que les candidats à la formation doivent avoir fait, au préalable, une visite médicale devant la médecine de travail, notamment pour des tests auditifs et visuels, qui les reconnaîtront, ou non, apte à la conduite d’engins de chantier.

Prérequis au niveau des expériences ou connaissances

Les utilisateurs débutants comme les plus expérimentés sont amenés à passer le CACES en vue de devenir un futur conducteur d’engin ou bien de valider une expérience déjà acquise. Cependant une bonne connaissance de la langue française est nécessaire afin de bien saisir toutes les instructions, qu'elles soient théoriques ou pratiques. À part cela, aucun niveau de connaissance spécifique n’est demandé pour suivre la formation. Toutefois, une connaissance préalable de l’engin concerné, ainsi que des consignes sur le bon respect de la circulation, propre au Code de la route, est un réel plus qui permettra au candidat d’appréhender le contenu de la formation plus aisément.

Les métiers concernés par le CACES engins de chantier

Grâce au CACES R372m, il est possible de prétendre à de nombreux emplois (dans les travaux publics mais pas uniquement) où la conduite d’engins de chantier est fréquente ou bien, plus occasionnelle. Beaucoup d’emplois consistent majoritairement à réaliser des opérations à l'aide d'un engin, alors que d’autres sont axés sur un métier particulier où le CACES est un vrai plus.

La liste n'est, bien entendu, pas exhaustive vu qu’un grand nombre d’activités sont réalisables avec le permis CACES R 372m, néanmoins, les principaux métiers concernés sont : conducteur d’engins, grutier, pelleteur, terrassier, canalisateur, monteur en charpente métallique, agent de travaux, mécanicien, formateur en engins de chantier (avec une expérience pratique minimum requise), magasinier-cariste, maçon, etc.

Les dispenses de formation CACES

Certaines personnes sont dispensées de l’obtention du CACES pour la conduite d’engins spécifiques. En ce qui concerne la recommandation R 372m, il s’agit des personnes titulaires d’un « diplôme de l’éducation nationale, d’un titre, d’un certificat de formation professionnelle ou d’un certificat équivalent reconnu en Europe, faisant foi de l’aptitude professionnelle pour la conduite des engins concernés et obtenu il y a moins de 10 ans ». Ces diplômes comprennent, entre autres, les CAP conducteurs d’engins de travaux publics, les brevets professionnels ou encore les brevets militaires.

Existe-t-il des équivalences entre les différentes catégories du CACES R 372m ?

Non, pas vraiment. Chaque catégorie a ses propres spécificités : la formation dispensée n’est donc adaptée qu’à un seul type d’engins. Cependant, il existe des cas précis où le titulaire d’un CACES peut conduire des engins appartenant à une autre catégorie. Il s’agit, notamment, des utilisateurs d’engins puissants, qui se voient accorder le droit de conduire des engins similaires de puissance inférieure dans une autre catégorie de la même recommandation. Par exemple, les agents qui sont en possession d’un certificat pour la catégorie 8, qui concerne les engins agricoles de puissance supérieure à 50 ch, ont le droit de conduire une machine agricole de puissance inférieure à 50 ch qui, elle, est pourtant au programme de la catégorie 1. Toutefois ils ne pourront pas conduire tous les engins de la catégorie 1 mais uniquement celui-ci. On peut donc en déduire que si l'utilisateur d'engins est amené à conduire une machine d'une autre catégorie, il doit passer l'examen requis dans la catégorie souhaitée. Par conséquent, il arrive régulièrement qu'un agent soit dans la nécessité de passer plusieurs évaluations pratiques.

CACES R 372m : quelles engins sont concernés ?

Le CACES R 372m comporte 10 catégories différentes d’engins de chantiers :

 

  • Caces 1 : comprend les tracteurs et petits engins de chantiers mobiles, soit : les tracteurs agricoles de puissance inférieure à 50 ch, les mini-pelles jusqu’à 6 tonnes (caces mini pelle), les mini-chargeuses jusqu’à 4,5 tonnes, les moto-basculeurs jusqu’à 4,5 tonnes, les petits compacteurs (Caces compacteur), les machines à peindre les lignes sur les chaussées etc. Il s'agit donc principalement d'engins ayant une puissance modérée. Par ailleurs on en retrouve certains, bénéficiant d'une plus grande puissance et d'un poids plus important, dans les autres catégories, comme les compacteurs, les pelles et les tracteurs agricoles. Référence brochure INRS : ED 895.

 

  • Caces 2 : englobe les engins d’extraction ou de chargement à déplacement séquentiel tels que les pelles : Caces pelle, les engins de fondations spéciales, les engins de forage, de travaux souterrains etc. Ici, nous avons affaire à des engins de plus de 6 tonnes sur pneus ou sur chenilles. Référence brochure INRS : ED 6137.

 

 

  • Caces 3 : est celui des engins d’extraction à déplacement alternatif : les bouteurs (bulldozer) : Caces bulldozer; les tracteurs à chenilles, les pipe layer etc. Ces engins sont couramment utilisés pour les opérations de terrassement, de pose de canalisation ou encore de déneigement. Référence brochure INRS : ED 6104.

 

 

  • Caces 4 : comprend les engins de chargement à déplacement alternatif, soit : les chargeuses : Caces chargeuse;  les chargeuses-pelleteuses : Caces tractopelle; et matériels similaires. Ces engins couvrent un grand nombre d'activités : les opérations de chargement, de remblaiement, de démolition, de décapage. Référence brochure INRS : ED 6159.

 

 

  • Caces 5 : est celui des engins de finition à déplacement lent comme les finisseurs, les machines à coffrage glissant, les épandeurs de chaux, les gravillonneurs, les automoteurs, les pulvimixeurs, les fraiseuses etc.

 

 

  • Caces 6 : est celui des engins de réglage à déplacement alternatif comme la niveleuse. Les niveleuses sont équipées de plusieurs lames et sont destinées à régler en hauteur des couches de matériaux.

 

 

  • Caces 7 : est celui des engins de compactage à déplacement alternatif comme le compacteur (pneumatique, tandem, vibrant) : Caces compacteur . Ils sont utilisés pour augmenter la perméabilité des sols, en améliorer la stabilité et à leur conférer une plus grande longévité. Référence brochure INRS : ED 6190.

 

 

  • Caces 8 : pour les engins de transport ou d’extraction transport : les tombereaux : Caces dumper; décapeuses; tracteurs agricoles avec une puissance supérieure à 50 ch etc. Il s'agit ici, d'engins de transport ayant un poids important et une motorisation conséquente. Référence brochure INRS : ED 6065.

 

 

 

 

  • Caces 10 : conduite de tous les engins hors production, chargement, déchargement et transfert sur porte-engin, maintenance, démonstration et essais. Cette catégorie couvre toute sorte d'activités qui entrent dans le champ "hors production", c'est à dire, notamment, le transport et le transfert de toutes les machines jusqu'au chantier ou ailleurs.

 

Quel est le contenu des formations CACES engins de chantier R 372m ?

La formation CACES engins de chantier (R 372m) comprend une partie théorique et une partie pratique, qui seront mises en application lors de l’évaluation finale, en vue de la délivrance du certificat d’aptitude.

La partie théorique englobe, notamment, tout ce qui trait à la réglementation en vigueur, à la sécurité et aux risques :

 

  • La législation en vigueur concernant la recommandation (ici la R 372m)
  • Le code de la route et les principes de la conduite en sécurité (circulation, stationnement)
  • La responsabilité civile et pénale de chacun
  • L’identification des principaux dangers et les risques liés à la conduite d’engins ainsi que le comportement à adopter en cas d’accident
  • Le droit du travail ainsi que ses évolutions
  • L’organisation d’un chantier et l’étude des différents documents que les conducteurs seront susceptibles de rencontrer pendant l’exercice de leur métier.

 

Quant à la pratique, elle se décompose également en deux branches distinctes :

 

  • La maintenance élémentaire : diagnostiquer une panne, effectuer les opérations d’entretien de premier niveau ainsi que les niveaux des réservoirs, les vérifications de prise et fin de poste
  • La conduite : circuler dans des conditions spécifiques (pentes, virages, slalom, marche avant et arrière), la maîtrise des manœuvres, la conduite dans les conditions d’un environnement de travail.

 

Quelle est la durée des formations CACES ?

La durée d’une formation CACES dépend de certains facteurs et peut aller de 1 à 10 jours. En règle générale et en fonction des organismes formateurs, la durée moyenne est de 5 jours. Dans le cas d’un recyclage de certificat, la durée peut varier entre 1 et 5 jours, en fonction de l’expérience du candidat et des mises à jour de référentiel de conduite. La durée de formation peut se voir augmenter jusqu’à 10 jours et plus dans le cas de formation sur mesure avec le passage de plusieurs catégories d’engins d’une même recommandation.

Quel est le contenu des examens CACES engins de chantier R 372m ?

Le contenu théorique est commun et identique à toutes les catégories d’engins d’une même recommandation. Cette disposition facilite l’accès à ceux étant déjà titulaire d’un permis CACES dans une catégorie spécifique et souhaitant se former dans une autre catégorie de la même recommandation. De ce fait, le candidat n’aura pas besoin de repasser une deuxième fois l’examen théorique. Le bénéfice du test étant valable pendant 6 mois, il sera en mesure, pendant ce laps de temps, de pouvoir passer les tests pratiques des autres catégories en vue d’obtenir un certificat portant sur d’autres types d’engins.

 

Le contenu pratique des examens CACES est, quant à lui, différent pour chaque catégorie d’engins. Il est adapté aux caractéristiques techniques de l’engin, à ses fonctions et aux conditions dans lesquelles il est conduit. Ainsi, l’évaluation sera différente pour un tracteur à chenilles, un engin de compactage ou encore, un tracteur agricole. Toutefois, le référentiel de connaissances est le même pour tous les types de CACES et nous allons lister ci-après les connaissances générales, pratiques et théoriques, qui seront évaluées lors des différents examens de chaque catégorie.

 

Le référentiel concernant les connaissances théoriques comprend les éléments suivants :

 

  • La connaissance du code de la route : panneaux de signalisation, priorités, stationnement, règles concernant la circulation d'engins de TP sur la voie publique.
  • Les devoirs et responsabilités du conducteur.
  • La connaissance de son engin : ses caractéristiques techniques, son fonctionnement, son inspection visuelle, les règles concernant les EPI, sa mise en route et son arrêt
  • Les risques inhérents au fonctionnement de l'engin : les risques d'incendies, les risques chimiques, mécaniques ou électriques, les risques liés aux opérations de transport, de levage, de chargement et déchargement etc.
  • Les règles de conduite en sécurité : travail sur chantier, chargement sur porte-engin, etc.

 

L'évaluation des connaissances pratiques s'effectue sur plusieurs niveaux :

 

  • La maintenance de premier niveau : vérifier les niveaux, s'assurer du bon fonctionnement de l'engin.
  • Les vérifications : contrôle visuel, vérifications des dispositifs de sécurité.
  • La conduite, la circulation et les manœuvres : circuler en maitrisant les différents sols (stabilisés, non stabilisés, pentes etc.), la circulation en conditions de travail, utilisation correcte de l'avertisseur sonore, vérification arrière avant de reculer.

 

Évidemment, le candidat sera testé sur les différentes fonctionnalités de l'engin, dans le cas d'une pelle hydraulique par exemple, il devra réaliser le chargement d'un camion ou d'une remorque, creuser une tranchée ou encore charger et décharger sur porte-engin.

Questions & Réponses concernant l'examen CACES

  • Peut-on choisir l’engin sur lequel on est testé ?

Non, le candidat ne peut pas choisir l’engin sur lequel il est testé, les référentiels de chaque catégorie contiennent des informations précises vis-à-vis du déroulement de l’examen, qui doivent être respectées. En guise d’exemple, on peut dire que l’examen du CACES de catégorie 1, qui comprend une large gamme de véhicules, se passe sur deux engins, un engin simple et un plus complexe, de manière à tester au mieux les capacités et les aptitudes du candidat.

  • Peut-on choisir le type de sol / conditions dans lesquelles on est testé ?

Non, le candidat ne peut pas choisir les conditions particulières dans lesquelles sera passé le test. Afin de s’assurer qu’il a une parfaite maîtrise de son engin, il sera testé sur deux types de sols différents, un sol stabilisé tel qu’une route et un sol non stabilisé tel qu’un terrain naturel non nivelé.

  • Statistiques : quel est le taux de réussite moyen en France ?

Le taux de réussite au CACES en France est assez élevé, selon les régions, les organismes formateurs et les différentes catégories d’engins, il se situe entre 90 et 98 %.

  • Comment repasser son CACES si on rate l’examen ?

Malgré le très haut taux de réussite, il est toujours possible de rater son examen pour diverses raisons, une mauvaise préparation par exemple, ou bien le cumul d’une petite erreur et d’un oubli dû à une étourderie et les points peuvent vite s’envoler. Cependant, le candidat n’aura pas fait la formation en vain, puisqu’il conservera la note dans la partie (théorique ou pratique) qu’il a réalisée avec succès. Ainsi, il pourra revenir dans les six mois suivant la date de son échec, en vue de repasser la partie qui lui a fait défaut. S'il a échoué à la totalité de son examen, alors il devra repasser la formation dans son entièreté.

Étapes à suivre pour obtenir son CACES engins de chantier

La première étape est de trouver la formation qui correspond à la demande du candidat, ou aux besoins de l’entreprise. Ensuite, en vue de l’obtention du CACES il faut remplir certaines conditions, telles que, comme mentionné un peu plus haut, la visite médicale (elle doit avoir lieu tous les ans de façon à maintenir la validité du certificat), qui déclare le candidat apte à la conduite d’engins. Le candidat est alors orienté vers un organisme formateur compétent, ce sont, la plupart du temps, des sociétés privées de formation (mais l’entreprise peut également s’en charger). Puis le candidat est évalué selon ses capacités et suivant le référentiel de connaissance. S'il réussit l’examen, alors, l’organisme testeur lui délivre son certificat dans la catégorie d’engins concernée. De retour, ou nouvellement arrivé, sur le lieu de travail, le chef d’entreprise présente les différentes instructions à respecter et informe sur l’environnement de travail, après quoi il délivre l’autorisation de conduite signée de sa main, il est alors possible pour l’utilisateur d’engins de commencer à travailler en toute sécurité.

Il va de soi que pour pouvoir réaliser les exercices pratiques et les épreuves de l’examen, il ne faut pas oublier de prendre les équipements de protection individuelle, en clair, les chaussures de sécurité, un casque de chantier ainsi qu’un gilet réfléchissant (des gants et des lunettes peuvent également être utile pour la vérification de certaines batteries, cependant l’organisme formateur dispose la plupart du temps de ce genre d’EPI).

Étapes à suivre pour une formation intra-entreprise

Une formation au CACES peut aussi être mise en place dans un cadre intra-entreprise, c’est à dire dans les locaux de celle-ci. En général, c’est uniquement le cas pour les très grandes entreprises. Toutefois, le chef d’entreprise doit s’assurer de respecter les obligations légales pour la mise en place d’une formation adéquate (formateur certifié, respect du référentiel, conditions d'évaluation etc.) mais aussi, d’en fournir la preuve aux autorités compétentes en la matière.

Combien coûte le CACES engins de chantier ? Peut-il être financé ?

Le CACES est une formation payante et les tarifs diffèrent selon plusieurs points. L’organisme formateur n’est pas contraint par des textes de loi à respecter tel ou tel prix, les tarifs se font donc en fonction de leur politique interne. En guise d’exemple, pour une formation standard d’une durée de 5 jours, le prix moyen est de 750 €, pour une seule catégorie d’engin. Si le candidat choisit de passer plusieurs catégories simultanément, alors le prix sera doublé voire triplé. Dans le cas d’un recyclage, le prix peut varier de 300 à 500 €.

La prise en charge et les financements du CACES

En entreprise :

 

  • L’OCPA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé) collecte les contributions financières auprès des entreprises adhérentes afin de les répartir sur des plans de formation professionnels. Ces fonds servent à financer le Droit Individuel à la Formation (DIF) des salariés, qui a été renommé et mis à jour en 2015 par le Compte Personnel de Formation (CPF). Par la même occasion, les entreprises remplissent leur obligation de contribuer à la formation professionnelle, qui doit être comprise entre 0,55% et 1,60% de la masse salariale.

 

  • Les salariés en CDI peuvent également bénéficier de congé individuel de formation (CIF), pendant la formation le salarié continu à être rémunéré.

 

En individuel, il existe plusieurs façons de trouver un financement pour son CACES :

 

  • Par le Pôle Emploi : des aides à la formation professionnelle sont attribuées aux personnes inscrites en tant que demandeurs d’emplois, elles diffèrent selon que le demandeur perçoit l’ARE ou non et également selon les conseils régionaux, qui n’ont pas partout les mêmes modalités. Cependant, le conseiller Pôle Emploi, orientera certainement le demandeur, en premier choix, vers son compte CPF.

 

  • Le CPF : le Compte Personnel de Formation est le nouveau droit à la formation, des salariés comme des demandeurs d’emploi, entrée en vigueur le 1er janvier 2015, en remplacement du DIF. Chaque personne ayant cumulée des heures de travail se voit créditer des points sur son compte, qu’il peut « dépenser » dans la formation professionnelle de son choix. Un site internet a été mis en place à cet effet : http://www.moncompteformation.gouv.fr/

 

  • Par les intérims : Par le biais du Fonds d'Assurance formation du travail temporaire (FAFTT), les agences d’intérim ont la possibilité de prendre en charge des formations grâce au DIF et au CIF intérimaire.

 

  • Les fonds personnels : Voir le paragraphe sur les tarifs associés au CACES.

Comment trouver l’organisme de formation certifié pour le CACES R 372m ?

Les organismes formateurs certifiés en France

Plusieurs centaines d’organismes de formation certifiés sont actuellement présents sur le territoire français, selon les départements, leur densité de population et les secteurs d’activité qui y sont liés. Ainsi, il en existe 24 dans le département de la Seine et Marne (une zone avec une très forte demande, notamment dans les travaux publics) alors qu’il n’y en a que 10 dans le Poitou-Charentes (une zone majoritairement rurale et agricole). Il existe surtout des organismes privés, mais des instances publiques, telles que l’AFPA, organisent également des formations CACES.

La recherche d'un organisme testeur agréé

Il est très important pour l’employeur, dans l’optique du respect de la législation, de s’assurer de la bonne conformité de l’agrément de l’organisme de formation. En effet, pour obtenir une certification, les formateurs sont soumis de répondre à des critères précis, les organismes certificateurs réalisent donc régulièrement des audits, qui suivent, eux aussi, un référentiel conforme. Ainsi, les méthodes et les procédures de réalisation des tests ou encore le système de qualité mis en place seront contrôlés. Afin que les CACES obtenus soient bien valables, il convient donc de vérifier la validité de l’agrément de l’organisme formateur. Le site internet de l’INRS propose une page qui permet de rechercher tous les organismes certifiés à ce jour.

Sources officielles CACES engins de chantier

Vous pouvez retrouver toutes les informations officielles relatives aux formations de prévention de risques dans le BTP sur le site de l’Assurance Maladie rubrique employeurs ou directement sur ce lien : https://www.ameli.fr/employeur/prevention/mesures-prevention-prioritaires/batiment-travaux-publics/batiment-travaux-publics

 

Voici également le lien vers le site de l’INRS où l’on peut trouver, par zone géographique et par certificat, les différents organismes testeurs certifiés : http://www.inrs.fr/publications/bdd/caces.html

Vous trouverez également sur cette page, les coordonnées des cinq organismes qui délivrent les certifications.

 

 

Caces - Permis Caces R372m

 

 

CACES® est une marque déposée par la CNAMTS.

 

 

Annonces correspondantes

Commentaires

E
, le 13/11/2017 11:47:25
Le CACES est accepté en Belgique, ainsi que dans plusieurs autres pays européens. Attention cependant, cela ne vous dispense pas d'obtenir une autorisation de conduite de la part de votre employeur, ni de posséder le permis de conduire approprié si vous circulez sur la voie publique : permis B, C1 ou C selon la masse maximale autorisée de votre engin de chantier.
Y
, le 12/11/2017 07:32:55
Je me pose la question de savoir, avec mon permis caces obtenu en France, y aurait-il de équivalences en Belgique ? pourrais-je l'utiliser comme des permis de conduire classique européens qui sont admis dans tout l'union ?
P
, le 14/09/2017 16:19:57
Super article dont je pourrais me servir de base pour convaincre mon employeur de la nécessité des permis caces pour nos chantier!

L'actu en continu

Veuillez patienter...